10 août 2016

"Le livre de la pauvreté et de la mort"

(...) Les grandes villes, Seigneur, sont maudites; la panique des incendies couve dans leur sein et elles n'ont pas de pardon à attendre et leur temps leur est compté.   Là, des hommes insatisfaits peinent à vivre et meurent sans savoir pourquoi ils ont souffert; et aucun d'eux n'a vu la pauvre grimace qui s'est substituée au fond de nuits sans nom au sourire heureux d'un peuple plein de foi.   Ils vont au hasard, avilis par l'effort de servir sans ardeur des choses dénuées de sens, et leurs vêtements s'usent... [Lire la suite]
Posté par critiquesbliss à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juillet 2015

Poème

  Prenez du soleilDans le creux des mains,Un peu de soleilEt partez au loin ! Partez dans le vent,Suivez votre rêve ;Partez à l’instant,La jeunesse est brève ! Il est des cheminsInconnus des hommes,Il est des cheminsSi aériens ! Ne regrettez pasCe que vous quittez.Regardez, là-bas,L’horizon briller. Loin, toujours plus loin,Partez en chantant !Le monde appartientÀ ceux qui n’ont rien.     Maurice Carême     ( Source texte et image : http://leslibertariens.fr/liberte-2/ ) 
Posté par critiquesbliss à 02:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juillet 2015

MAYA ANGELOU SAYS...

Posté par critiquesbliss à 22:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 mars 2015

Poème pour un peu d'espoir ? ( Ne vis pas ta vie à moitié... )

Ne fréquente pas ceux qui sont à moitié amoureux,Ne sois pas l’ami de ceux qui sont à moitié des amis..Ne lis pas ceux qui sont à moitié inspirés.Ne vis pas la vie à moitiéNe meurs pas à moitiéNe choisis pas une moitié de solutionNe t’arrête pas au milieu de la véritéNe rêve pas à moitiéNe t’attache pas à la moitié d’un espoirSi tu te tais, garde le silence jusqu’à la fin, et si tu t’exprimes, exprime -toi jusqu’au bout aussi.Ne choisis pas le silence pour parler, ni la parole pour être silencieux …Si tu es satisfait, exprime... [Lire la suite]
Posté par critiquesbliss à 13:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 février 2015

Mourir à 30 ans sous les balles des policiers

Hommage à Abdoulaye Camara, un poème par Julie Amadis dessin représentant Abdoulaye Camara tué par des policiersau Havre le 16 décembre 2014  Par Julie Amadis#IpEaVaEaFaFLe 25/02/15     Mourir à 30 ans sous les balles des policiers    Étaient-ils six vers minuit  ?Ils cassent la porte par effractionChez Abdoulaye en pleine nuitIl est victime d'une agression   Il cherche de l'aide dans le couloirDe son immeuble chez des voisines Visage en sang il sort... [Lire la suite]
Posté par critiquesbliss à 11:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
22 décembre 2014

... FOR THE NEXT TIME... please Human you have to DON'T FORGET

" Aucun homme n’a le droit de tourner le dos au Monde. Son devoir est de faire face à l’adversité, de lui survivre, car le sacrifice suprême n‘est pas d’offrir sa vie, mais de l’aimer malgré tout. "( in L'Olympe des infortunes de Yasmina Khadra )    
06 octobre 2014

Citations/ Pour la vie

  N'oublions pas : Même ce qui parait insignifiant pour certains, peut être beaucoup pour d'autres... !  Salam   https://www.facebook.com/contretousleslieuxdenfermement  
Posté par critiquesbliss à 09:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 août 2014

Sortie du livre collectif 'Le charbon' (Editions BBoyKonsian)

"Le charbon" Nouveau Mix-Book qui regroupe des textes de Lady Gaza, Abdel Hafed Benotman, Error, Hazel, El Kasmi, Rachid Santaki, E.One, Jann-Marc Rouillan, 6ta, Skalpel et Joris Lazniak. Préface: Voilà un autre Mix-book, une autre expérience. Réunir des gens dont on est sûr qu’ils ont quelque chose d’imprévu à balancer, leur proposer de poser un texte comme on pose un « 16 mesures » sur une Mix-tape. Pourquoi sur le taf ? Parce que ça nous pourrit la vie, et parfois beaucoup plus. Au bout de tout ça, on a... [Lire la suite]
30 juin 2014

...

  "Je n'ai pas peur de la nuit avant de m'endormir, je n'ai pas peur des esprits, j'ai peur de ce qui existe. Je crois que j'ai peur de la vie, comme on me l'a donnée, proposée. Parce que j'ai toujours l'impression de ne pas avoir le choix. D'être obligée de suivre les autres, le monde. La marche du temps. C'est comme un écrasement de savoir ça. D'être obligée de l'accepter pour devenir une vraie personne, c'est-à-dire une personne qui trouve sa place, qui s'inscrit dans ce monde et qui participe, avec les autres, à la marche,... [Lire la suite]