Je dédie ce poème à Annie Polak décedée le 15.12.2018

Avec toutes mes pensées pour elle et sa famille.

 

***********************************************************************************************************

IMPOSSIBLE

Je sais que mon sort vous indiffére

Et c'est très normal.

Lorsque j'ai mal aux dents,

Vous n'en pouvez rien sentir.

Mes dents sont dans ma bouche,

Ma bouche est dans ma tête,

Et même quand ma tête est près de votre tête,

Vous ne pouvez pas sentir

Mon chaud, mon froid, ma peine.

Et chacun dans notre coquille,

Nous ne pouvons rien l'un pour l'autre

Qu'un peu de nerfs à fleur de peau.

 

Les livres, les rêves, et les parents ont torts;

Et je souffre de leurs mensonges

Lorsque j'essaie eperdument

Avec douceur, avec rage, avec desespoir,

d'aller visiter une autre âme,

où j'aurais trouvé des coussins,

du velours, une douce musique.

J'aurai tant voulu aller plus loin,

Enjamber votre sourire, votre voix, votre forme, vos gestes,

Vos nuances.

 

Impossible, c'est impossible !

Lorsque j'ai mal aux dents,

Vous n'en pouvez rien sentir.

Mes dents sont dans ma bouche,

Ma bouche est dans ma tête,

Et même quand ma tête est prêt de votre tête,

Vous ne pouvez pas sentir

Mon chaud, mon froid, ma peine.